Le Mag

se-chauffer-au-bois.com

null

Par Arnaud Cottin, cofondateur de 2-30 Média et directeur de la publication de se-chauffer-au-bois.com
Innovations
19/08/14

Aéraulec, une entreprise innovante au service du bâti ancien

Cette semaine, Se-chauffer-au-bois.com s’est intéressé à Marc NOËL, fondateur de l’entreprise Aéraulec. Découvrez le secteur de la rénovation énergétique du bâti ancien avec murs humides à travers cette entreprise innovante. Le système Aéraulec mis au point par ce fondateur est précurseur au niveau de ce marché.


Pouvez-vous vous présenter et résumer votre parcours professionnel ?

J’ai travaillé de 1959 jusqu’à l’an 2000. D’abord au Centre d’Etudes et Recherches des Charbonnages de France jusqu’en 1991, puis à l’INERIS*.

Depuis très longtemps j’avais l’idée de travailler dans le domaine de l’humidité des bâtiments, et j’ai réellement commencé à partir de 1999. Il s’agissait alors d’assainir un bâtiment très humide pour y installer une salle de musique. J’ai dû chercher parmi toutes les solutions proposées sur le marché pour traiter ce problème mais je n’ai rien trouvé qui convienne. Cela m’a conduit à entreprendre une recherche, et à expérimenter une solution originale qui a donné d’excellents résultats. Ce fut le point de départ de cette activité pour la rénovation énergétique durable du bâti ancien humide.


Vous êtes précurseur sur le marché, mais êtes-vous le seul sur le marché ?

En ce qui concerne le traitement de l’humidité des bâtiments, quantité de choses estt proposée à droite et à gauche, mais en général ça se traduit par l’assèchement des murs (solutions mécaniques, chimiques, électriques, électromagnétiques). Cependant, quand on approfondit la question, on s’aperçoit que pour certaines vieilles bâtisses il est préjudiciable d’assécher les murs. En effet, on peut alors s’exposer à avoir des dégâts dans la structure du bâtiment sur le long terme.

Les vielles bâtisses ont été construites avec les matériaux locaux, et n’ont pas été conçues pour être asséchées.


Combien de temps avez-vous mis pour trouver cette solution ?

J’ai bien sûr commencé par effectuer une recherche bibliographique afin de connaître l’état de l’art, et de me forger une opinion. J’ai en particulier été très influencé par une personne qui nous a malheureusement quittés, Jean Pierre OLIVA. Il avait une très grande expérience de la rénovation des bâtiments. Il expliquait surtout ce qu’il ne faut pas faire, et ce qui est préjudiciable au bâti ancien et neuf. L’important pour lui était de parvenir à maintenir l’équilibre hygroscopique des matériaux des murs anciens. C’est cette voie-là que j’ai retenue, et qui m’a conduit à trouver cette solution après deux ans de recherche théorique et expérimentale.


Pouvez-vous présenter rapidement votre entreprise ?

La solution à laquelle je suis arrivé est le système Aéraulec. C’est un système aéraulique qui a pour fonction principale d’être un régulateur actif des transferts d’humidité dans les parois humides. Le premier système expérimental ayant donné d’excellents résultats pour la création de la salle de musique, j’ai été encouragé à réaliser d’autres installations.

En 2009, le retour d’expérience très positif m’a incité à créer Aéraulec Conseil afin de pouvoir m’ouvrir sur l’extérieur, et établir des liens avec des professionnels du bâtiment en Picardie.

Actuellement, je suis en relation avec divers professionnels, en particulier avec un cabinet d’architecture environnementale et avec des entreprises qui travaillent avec ce cabinet. Il s’agit d’une association d’entreprises picardes : globe 21*.


N’importe qui peut s’adresser directement à vous ?

Aéraulec Conseil ne fait que l’étude des projets. Pour chaque cas particulier de problème d’humidité, je propose une solution Aéraulec. L’installation du système est ensuite réalisée par des professionnels du bâtiment conformément à mes prescriptions, et à chaque fois cela se passe très bien.

Je dialogue principalement avec des architectes ou des bureaux d’étude. Je suis donc en amont des projets de rénovation.


Vous heurtez-vous à certains concurrents ?

Pour l’instant ça ne s’est pas produit mais ça pourrait très bien venir. Je me suis toujours demandé pourquoi personne n’avait fait le même système que moi. En fait, les calculs aérauliques ne sont pourtant pas très compliqués mais ils deviennent vite inextricables, et les professionnels ne disposent d’aucun outil pour faire ces calculs lorsqu’il s’agit de réseaux spéciaux comme ceux d’Aéraulec.

J’ai créé deux logiciels spécifiques performants : un logiciel de calcul des réseaux Aéraulec et un logiciel de calcul des transferts d’humidité dans les parois humides pour chaque application de rénovation. J’ai donc fait du défrichage en la matière puisque personne n’avait créé de tels logiciels.

J’ai exposé Aéraulec au salon écobat 2014. Cette année, il y avait une différence avec les éditions antérieures : j’ai eu de nombreuses conversations avec des architectes qui commencent maintenant à s’orienter un peu vers la rénovation, et qui découvrent les problèmes d’humidité et recherchent des solutions adaptées. On sent qu’il y a une amorce de ce côté-là.

A noter également qu’un avantage du système est le confort d’été. Par le biais de la régulation Aéraulec, on peut favoriser le rafraîchissement par évaporation pour bénéficier d’un confort d’été, moins efficace qu’une climatisation, mais très agréable et moins cher. Aéraulec est un système électrique qui consomme extrêmement peu : 1 à 2 euros par an.


Proposez-vous des formations ?

C’est une des questions. On s’aperçoit que tous les problèmes d’humidité des bâtiments anciens sont des problèmes rarement bien traités par les entreprises de rénovation énergétique.
Dans le cadre d’un groupe de travail du Plan Bâtiment Durable, j’ai attiré l’attention sur la nécessité de créer une filière “humidité” pour la rénovation énergétique durable du bâti ancien humide.

Cette filière devrait comprendre les aspects formations, diagnostics humidité, études de projets de rénovation et réalisations spécifiques. Une telle filière manque actuellement.


Votre solution est brevetée. Avez-vous d’autres éléments qui vous permettraient de vous protéger ?

J’ai deux brevets d’invention : un brevet pour le système aéraulique et un brevet pour le procédé de régulation des transferts d’humidité avec ce système.
Aéraulec est également une marque déposée.


Pensez-vous élargir votre activité au bâti plus récent ?

L’humidité dans les constructions des dernières décennies n’apparaît plus comme dans le bâti ancien antérieur à 1948. En effet, dans les constructions récentes, des coupures de capillarité sont imposées à la construction. Cela empêche, à priori, l’ascension de l’humidité dans les matériaux des murs. En outre, les matériaux récents sont différents des matériaux anciens. Ce sont donc deux problèmes totalement différents.


L’arrivée du nouveau Crédit impôt va-t-il affecter votre secteur ? Avez-vous déjà constaté une évolution ? Comment vous préparez-vous à ce changement ?

Je n’ai pas encore de label ni de qualification se rapportant au système Aéraulec.


Comptez-vous faire une demande de labellisation ?

Bien sûr, je me suis occupé de cela. Mais, dans le cas d’un système très innovant comme Aéraulec, la difficulté est qu’il n’existe pas de référentiel permettant une certification immédiate.


Quel bilan pourriez-vous faire d’Aéraulec pour l’année 2014 ?

Je suis actuellement confronté à toutes les difficultés que rencontrent les entreprises qui innovent. Il y a de très nombreux freins. Cette situation est actuellement relatée au quotidien dans la presse spécialisée du bâtiment.

Mais Aéraulec présente de réels avantages, et il existe un gros potentiel de développement pour cette solution dans l’immense marché à venir pour la rénovation du bâti ancien humide.


*INERIS: Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques

*Globe 21: Groupement Local pour le Bâtiment Ecologique du 21ème siècle

se-chauffer-au-bois.com