installateur

Les labels?

Qualibois

Qualibois est une qualification décernée aux installateurs qui ont suivi régulièrement une formation pour rester aux faits des dernières normes et techniques d’installation. L’objectif de la qualification est d’améliorer la qualité des travaux d’installation dans les énergies renouvelables et dans la rénovation énergétique. C’est également de pouvoir proposer aux clients des installateurs qualifiés et certifiés pour la réalisation de leurs travaux.

L’installeur est agréé après avoir suivi les formations et effectué un certain nombre d’installations « bois énergie ». Par ailleurs, il doit s’inscrire sur la charte qualité et participer à un audit tous les trois ans. Il doit s’assurer de ses capacités et s’engager financièrement auprès du dépositaire du label.

Participer à ces formations n’est pas gratuit et montre un investissement important du professionnel pour garder ces équipes compétentes et efficaces. Avec un installateur Qualibois, vous aurez une garantie supplémentaire de la bonne réalisation de vos travaux. En effet, en cas de problème et litige avec le professionnel, vous pourrez toujours contacter Qualit’EnR, l’association qui délivre les formations et donc la qualification, pour obtenir une remise en bon état de fonctionnement de votre installation.

RGE (reconnue grenelle environnement)

Le label de qualité « reconnu garant de l’environnement » a pour but d’augmenter la qualité générale des travaux réalisés par les professionnels du bâtiment et de guider les particuliers pour choisir un professionnel de qualité pour la réalisation de leur projet.

    3 objectifs principaux pour la RGE :

  • homogénéiser les exigences des mentions, labels et appellations déjà existantes pour gagner en lisibilité
  • Accompagner et valoriser les professionnels désirant progresser sur la qualité de leurs travaux, sur le respect de l’environnement et de la gestion de l’énergie
  • Afin d’aider les particuliers mais aussi les maîtres d’œuvres à identifier les sociétés et artisans compétents pour mener des projets de manière efficace tout en respectant les normes en matières de performance énergétique.

Depuis le 1er janvier 2015, toutes les aides publiques comme le crédit d’impôt (à partir de 2015) sont conditionnées par le fait d’avoir fait appel à un professionnel ayant obtenu la mention RGE. En clair, il faudra faire encore plus attention lors du choix d’un installateur pour votre poêle à bois sous peine de voir le crédit d’impôt vous passer sous le nez.

L’objectif ici n’est pas de vous embêter mais d’inciter le plus de professionnels possible à obtenir cette mention pour augmenter la proportion des bons professionnels disponibles sur le marché et mécaniquement, baisser celle des mauvais professionnels.

Sachez que pour obtenir la mention RGE, le professionnel ne doit pas spécialement avoir déjà obtenu un label ou une qualification mais les conditions d’obtentions ne seront pas les mêmes:

  • L’entreprise a déjà la qualification Qualibois: cette qualification comporte déjà un volet « efficacité énergétique », elle est donc reconnue RGE. Il leur est tout de même conseillé de suivre les modules 1 et 2 de la formation FEEBat pour acquérir de nouvelles compétences théoriques sur le conseil en économie d’énergie.
  • L’entreprise n’a pas la qualification : la qualification FEEBat dans sa totalité est alors obligatoire mais, pour finaliser sa formation et prétendre à la mention RGE, le professionnel devra obtenir la qualification Qualibois.

Quelles questions/documents devez-vous poser/demander à votre installateur ?

L’assurance décennale fumisterie

Elle permet de couvrir l’installateur en payant les travaux de réparations sur votre projet en cas de sinistre ou de problème rendant inutilisable votre installation. Elle vous assure, par la même occasion, la prise en charge d’éventuels travaux en cas de problème pendant les 10 premières années de l’installation. D’autre part, même si elle est obligatoire, quelques professionnels s’en passent encore. Si votre professionnel l’a souscrite, c’est déjà un premier signe de sérieux.

L’assurance décennale chauffagiste

Pour les chaudières, votre installateur devra avoir souscrit une assurance décennale de chauffagiste pour que votre installation soit entièrement couverte.

L’assurance civile professionnel

C’est l’équivalent de votre responsabilité civile. Dans le cas d’un professionnel, cette assurance le couvre en cas de dommages causés par ses employés, lui-même ou par son matériel professionnel au cours de son activité. Mais elle peut également servir dans le cas d’un préjudice lié à un problème d’installation, une erreur dans une préconisation ou encore un défaut de fabrication survenu après la fin des travaux.

Faire un tour du projet une fois celui-ci terminé

Ne dîtes pas simplement « au revoir » au professionnel dès que celui-ci vous indique que les travaux sont terminés. Demandez-lui de régler l’appareil et de l’allumer une première fois. Profitez-en pour faire le tour du propriétaire pour repérer des choses qui vous paraitraient étranges (distance entre l’appareil et le mur, absence de matériaux d’isolation ou ininflammable). Une fois que votre appareil chauffe depuis quelques minutes, vous serez capable de déceler une éventuelle fuite de fumée, un mauvais tirage…

Où trouver un installateur ?

Maintenant que vous savez comment lire un devis et sur quels critères choisir votre installateur, vous êtes fin prêts pour chercher et, je vous le souhaite, trouver le professionnel qui concrétisera votre projet.

Heureusement, trouver des professionnels ne va pas être très difficile mais il va vous falloir un peu de patience pour trouver le bon. Nous vous conseillons fortement de faire plusieurs devis auprès de plusieurs professionnels afin d’être en mesure de comparer les propositions techniques et financières.

Est-ce que tous les pros me conseillent la même puissance? Est-ce qu’ils estiment la même quantité de matériaux nécessaire à la réalisation du projet ? Sont-ils dans la même fourchette de prix ? Ce sont autant de comparaisons que vous devrez mener pour sélectionner le meilleur professionnel.

Si vous ne l’avez pas encore fait, chiffrez votre projet gratuitement grâce à notre outil. Vous obtiendrez une fourchette réaliste du montant des travaux. Il vous suffira pour ça de soustraire le prix de l’appareil utilisé dans la simulation au montant total du chiffrage.

Comment lire un devis ?

Bien souvent, les particuliers se trouvent démunis au moment de lire un devis et finissent par choisir sur un seul et même critère : le prix. Pourtant, au-delà du prix, un devis doit mentionner un certain nombre d’information. Un devis complet vous permet d’être couvert en cas de problème sur l’installation et c’est un signe de qualité chez les professionnels qui le font spontanément. Sans plus attendre voici les informations que vous devriez retrouver sur votre devis :

  • Equipement : une description claire et détaillée de l’appareil. Ça veut dire la référence du constructeur, la puissance, la couleur et le type de revêtement.
  • Conduits : une description claire et détaillée du tuyau de raccordement (couleur, présence d’une trappe de nettoyage des cendres) et du tuyau d’évacuation des fumées (longueur et type de conduit (simple peau/double peau, flexible/rigide)).
  • Pose appareil : une description claire et détaillée de la pose (temps, étapes précises)
  • Pose conduit : attention à la cohérence de la solution technique et notamment à la longueur de conduit facturé par rapport à la hauteur de votre logement.
  • Service : la mention de la garantie décennale est obligatoire. Il faut également la durée de cette garantie, la liste des pannes prises ou non en charge. Soyez certain de savoir qui est responsable d’exécuter la garantie/les réparations. Le délai ne sera pas le même si c’est le constructeur ou l’installateur, il est toujours plus simple d’avoir un interlocuteur local. Enfin, vérifiez que l’installateur est bien agréé par le fabricant pour vendre et installer ses produits.
  • Prix : comparez les montants des devis que vous avez obtenus avec le résultat de notre outil gratuit de chiffrage. N’oubliez pas d’adapter la fourchette obtenue avec le prix du poêle utilisé pour le devis afin de comparer ce qui est comparable.
  • Détails pose : la date d’installation doit être précisée pour éviter tout débordement. Ça vous permettra d’obtenir une ristourne en cas de dépassement.
  • Atouts : rien et obligatoire mais vous pouvez regarder les horaires d’ouvertures et notamment le samedi (pratique pour les réparations). L’âge de la société est un bon indice de confiance également.

Dernier conseil, n’hésitez pas à poser des questions, ne signez pas quelque chose que vous ne comprenez pas entièrement.

Comment choisir un installateur ?

Soyons honnête, vous aurez plus ou moins le choix en fonction de la région où vous habitez. Plus un installateur vient de loin, plus votre facture sera salée. Certains installateurs refusent de se déplacer au-delà d’un rayon de 30 kilomètres autour de leur entreprise. Dans le meilleur des cas, vous aurez donc le choix entre une dizaine de professionnels. Dans les zones moins fréquentées, votre choix pourrait être réduit à un voir deux installateurs.

Avant de faire votre sélection, intéressez-vous aux marques qu’ils représentent. Cette info vous permet de ne pas perdre de temps à étudier les catalogues des autres marques mais aussi à sélectionner quelques modèles, de plusieurs marques différentes, qui correspondent à votre projet.

Renseignez-vous sur l’entreprise, sur le nombre de salariés et sur son ancienneté. Une entreprise qui affiche un grand nombre de salariés et 20 ans de fonctionnement inspirera plus confiance. En effet, une entreprise qui existe toujours après tant d’année, n’a pas réussi par hasard. Enfin, vérifiez que cette entreprise a obtenu le label RGE (reconnu grenelle environnement). Sachez que choisir une société, qui a obtenu ce label, est obligatoire depuis le 1er Janvier 2015 pour être éligible au crédit d’impôt.

Ensuite, tendez l’oreille, le bouche à oreille est souvent très efficace et répandu entre les particuliers pour les travaux liés au logement. Peut-être avez-vous dans votre entourage, des personnes qui ont franchi le pas avant vous, ils auront probablement un retour d’expérience, des choses qu’ils auraient fait autrement donc autant de conseils à considérer pour votre projet.

Avant de vous engager, soyez sûr que l’artisan a bien contracté une garantie décennale. C’est l’équivalent de la responsabilité civile pour le professionnel. Celle-ci garantit la réparation des dommages qui interviennent après la fin des travaux sans qu’il faille attendre une décision de justice. L’installateur s’engage, sur 10 ans, à réparer tous dommages causés par un défaut d’installation ou un vice rendant l’installation impropre à l’usage auquel elle était destinée. En fonction du statut du professionnel (autoentrepreneur et artisan), celui-ci doit obligatoirement faire figurer les informations suivantes sur toutes ces factures et devis :

  • L’assurance souscrite au titre de leur activité,
  • les coordonnées de l’assureur ou du garant,
  • et la couverture géographique du contrat ou de la garantie.

Enfin, le dernier critère sera le montant du devis. Attention à ne pas tomber dans le piège de prendre le devis le moins cher où celui du milieu sans raisons supplémentaires. Chaque projet est différent, le nombre de pièces à chauffer, l’isolation du logement, la création ou non du conduit d’évacuation, les matériaux présents à proximité de l’appareil sont autant de facteurs qui peuvent faire passer votre devis du simple au double. Une mauvaise installation et vous risquez l’incendie, il s’agit donc de déterminer un prix adapté à votre logement et à votre projet.

Pour cela, vous pouvez utiliser notre outil de chiffrage gratuit : Clearprice. Après avoir rempli un court questionnaire sur votre projet, vous obtiendrez une fourchette réaliste adaptée à votre situation. Cette estimation vous permettra de sélectionner le devis qui s’en rapproche le plus. Nous vous indiquons le prix du poêle utilisé pour le chiffrage. A vous d’adapter cette estimation au prix de l’appareil que vous aurez sélectionné.

Quelles sont les normes à respecter pour la pose du conduit de fumée ?

La pose et l’installation d’un conduit de fumée répond à des normes strictes. Les réglementations en vigueur se retrouvent dans un document technique unifié (DTU). Elaboré par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, c’est le DTU 24.1 qui rassemble les règles concernant les conduits de fumée. Une attention particulière doit être ortée aux dimensions du conduit par rapport à la taille de la cheminée. La dimension minimale est de 20cm x 20cm, mais la règle veut que le conduit soit une fois et demie ou deux fois supérieur au volume du foyer lorsque la cheminée est de petite taille. Et pour celles de grande taille, il doit être égal ou une fois et demie supérieur à ce volume. Au niveau de la toiture, une hauteur minimale de 40cm doit être garantie au dessus du faîte et les habitations voisines doivent être à au moins huit mètres.

Pour des questions de sécurité, le combustible utilisé et le conduit doivent être éloignés d’au moins 16 cm, et la surface intérieure de ce dernier doit faire plus de 2,5m2. De plus, il ne doit pas y avoir plus de deux coudes (également appelé dévoiement) sur votre installation, sinon les fumées risquent de stagner dans le circuit.

Comment lire un devis d’installateur ?

Vous avez décidé d’installer une cheminée ou un insert chez vous. Il s’agit maintenant de faire des devis pour valider votre projet et vous faire une idée des prix du marché. Une fois vos devis en main, vérifiez que les points suivants sont mentionnés :

  • prix et quantités des pièces et des matériaux nécessaires à l’installation ;
  • prix de la main d’œuvre ;
  • montant de la TVA ;
  • durée prévue du chantier et éventuels délais ;
  • mentions légales conformes.

Posez-vous ensuite les bonnes questions : les prix mentionnés sur le devis sont-ils conformes aux prix moyens du marché ? Est-il fait mention d’un service après-vente et quelles sont les garanties et le suivi proposés par l’installateur ? Veillez à ce que votre installateur soit certifié RGE et que l’appareil choisi soit labellisé Flamme Verte. Le label Flamme Verte n’est pas obligatoire, mais il est nécessaire pour l’obtention du crédit d’impôts et vous garantit la qualité de rendement de votre appareil.

Quelles sont les principales normes d’installation à respecter ?

Des normes sont en vigueur concernant l’installation d’un chauffage au bois. Elles visent à garantir votre sécurité et concernent l’appareil, ses pièces et le combustible utilisé. Vérifiez par exemple que votre chaudière bois respecte la certification NF 332, spécifique au combustible bois, et qui signifie que toutes les exigences sont remplies au niveau de la loi française et des réglementations européennes. Le DTU 24.1 cible les travaux de fumisterie, c’est à dire l’évacuation des fumées. Il sert de référence pour la surface du conduit ainsi que les températures à surveiller, soit 50° dans la partie habitation et 80° ailleurs. Nous vous recommandons de faire appel à un installateur professionnel certifié RGE et Qualibois afin de vous assurer que toutes ces normes en vigueur sont prises en compte pour votre chaudière et son installation.

Comment lire un devis d’installateur ?

Vous venez de réaliser un ou plusieurs devis auprès d’installateurs de chaudières. Il s’agit maintenant de faire un choix. Première étape, vérifiez que les devis comportent bien les informations suivantes :

  • prix et quantités des pièces et des matériaux nécessaires à l’installation ;
  • prix de la main d’œuvre ;
  • montant de la TVA ;
  • durée prévue du chantier et éventuels délais ;
  • mentions légales conformes.

Posez-vous ensuite les bonnes questions : les prix mentionnés sur le devis sont-ils conformes aux prix du marché ? Est-il fait mention d’un service après-vente et quelles sont les garanties et le suivi proposés par l’installateur ?

Si vous souhaitez bénéficier du crédit d’impôt ou d’aides financières, veillez à ce que votre installateur soit certifié RGE et que la chaudière soit notée 5 étoiles selon le label Flamme Verte.

Conseils & Astuces

La prime énergie, un bon coup de pouce

Vous êtes beaucoup à connaître le désormais très populaire crédit d’impôt mais savez vous qu’il existe une autre aide cumulable au crédit d’impôt ? Elle vous permettrait de réduire encore la facture de votre projet et ainsi, le rentabiliser plus rapide …

Lire la suite

Entretenir son poêle à bois, comment faire ?

Pour cela, nous vous conseillons de suivre les étapes suivantes: Vérifiez que l’appareil est froid avant de procéder à son nettoyage. Nettoyez la vitre: Pour ce faire,vous pouvez utiliser un papier absorbant, ou tout simplement du papier journal froiss …

Lire la suite

Chiffrer son projet avant même de contacter un installateur

Chez se-chauffer-au-bois.com, nous sommes tous convaincus qu’un chiffrage vous permet d’être mieux armés pour mener à terme votre projet de chauffage au bois. Pour vous en convaincre, nous avons listé quelques points qui rendent indispensable le chiffr …

Lire la suite
se-chauffer-au-bois.com